Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mardi 13 mai 2012 au Tribunal des Prudhommes d'Annonay à 9 h 00, 49 retraités de la société d'IVECO comparaissent devant le Juge Répartiteur pour qu'il puisse se faire son jugement sur cet étrange plainte qui s'appelle le "Préjudice d'Anxiété". Une délégation du Caper Nord Isère et de l'Aldeva Drôme Ardèche sont présentes pour les soutenir devant cette juridiction. Parlez de son anxiété devant une salle de Tribunal et un avocat d'IVECO rôdé pour déstabiliser les personnes. Cela est très difficile et le Patronat joue sur ce critère pour fragiliser les plaignants.

L'anxiété comme cadeau de départ en Retraite.

L'anxiété comme cadeau de départ en Retraite.

Ce sont des retraités qui pour la plupart ont fréquenté l'amiante de près pendant toute leur carrière professionnelle. L'amiante et cela le Patronat le sait est un poison lent et invisible. La Maladie se déclare souvent lorsqu'on atteint la retraite. Pourquoi venir devant les Prudhommes réclamer un Préjudice d'Anxiété ?

 

Le préjudice d'anxiété et l'avocat d'IVECO

Alors l'avocat du Patronat se lance dans une grande plaidoirie dont il a le secret. Comment peuvent-ils être anxieux ? Ils sont à la retraite, ils jardinent, ils voyagent, ils mangent bien, ils sont Heureux, ils sourient. Anxieux et retraité cela ne se conjugue pas. En plus, quelle preuve avons nous qu'ils ont été exposés à l'amiante. Enfin, ils n'ont pas l'air malade ces retraités et puis tout le monde est anxieux et beaucoup plus qu'eux. Il finit essoufflé et pourtant il ne manque pas d'air !!!

Ces ouvriers ont tous dans leur dossier, une attestation d'exposition à l'amiante que leur a remis IVECO à leur départ en retraite. Ils ne sont pas malades, ils vivent avec toutes les activités qu'ils peuvent se permettre de pratiquer. Excusez les Monsieur l'Avocat d'IVECO, excusez les de vivre. Mais Anxieux, ils le sont quand à période régulière, ils vont passer un scanner pulmonaire pour savoir si des plaques pleurales ne sont pas apparues. Anxieux, ils le sont quand ils apprennent qu'un de leur camarade d'atelier est atteint d'un cancer bronchique ou d'un Mésothéliome. Anxieux, ils le sont car ils savent que malheureusement la plupart d'entre eux seront rattrapés par la fibre empoisonneuse. Les travailleurs de l'Amiante ont une espérance de vie inférieure de 10 ans aux autres salariés, cela peut semble-t-il vous rendre ANXIEUX.

Le préjudice d'anxiété et l'avocat d'IVECO

Le Juge répartiteur a posé beaucoup de questions à ces retraités qui réclament une justice pour les angoisses qu'ils vivent parfois quand ils pensent à demain ou qu'ils ont la crainte de la maladie qui peut survenir, faire des projets mais pas trop lointain, voila leur quotidien. Nous espérons que le Juge répartiteur n'aura pas oublié que la Justice a déjà tranché sur l'anxiété. Elle ne peut pas se quantifier. Il ne faut pas attendre d'être malade dans sa chair pour réclamer justice. Un retraité a le droit de dire qu'après une vie de labeur, il ne veut pas qu'on lui pourrisse sa retraite et que cette anxiété provient du fait que son patron pendant des années n'a pas respecté une loi de la fin du 19ème siècle qui dit "qu'un patron doit prendre soin de la sécurité et de la santé de ses salariés". Alors, nous espérons que ce Juge répartiteur rendra une justice humaine et éclairée en indemnisant les 49 d'IVECO comme il se doit et si cela peut faire augmenter l'anxiété du Patronat Français cela ne sera que Justice.

Merci à nos bénévoles : Martine, Jean, Christian, Michel du Caper Nord Isère ainsi qu'aux bénévoles de l'Aldeva Drôme Ardèche d'avoir soutenu ces retraités d'IVECO, le juge rendra son verdict le 31 juillet 2014. Nous vous en reparlerons.

MC

Tag(s) : #Justice et Santé

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :