Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est du n'importe quoi ce titre allez-vous dire ?

Pourtant ce qui va suivre est peut être pure coîncidence à vous de juger..

Bienvenue au 19ème siécle.

Le MEDEF qui demande au nom de l’emploi que l’on puisse licencier sans avoir à fournir une cause réelle et sérieuse. Puis aussi pourquoi pas la fin du C.D.I. Pour vivre heureux vivons précaires, au jour le jour comme au 19ème siècle. « Aujourd’hui tu travailles, demain : on verra ». COINCIDENCE !!!

Le MEDEF qui verrait bien l’entreprise sans délégué du personnel, ni délégué du CHSCT. Tout cela pourrait être réunit dans un conseil d’entreprise… COINCIDENCE !!!

Le MEDEF qui demande au nom de l’emploi que l’on puisse licencier sans avoir à fournir une cause réelle et sérieuse. Puis aussi pourquoi pas la fin du C.D.I. Pour vivre heureux vivons précaires, au jour le jour comme au 19ème siècle. COINCIDENCE !!!

Bienvenue au 19ème siécle.

Nos gouvernants qui verraient bien une grande réforme des Prudhommes visant en fin de compte à supprimer cette juridiction. COINCIDENCE !!!

Rappelez-vous la demande de voir travailler les apprentis à partir de 16 ans dans les chantiers de désamiantage. Cela aussi, est un formidable retour au 19ème siècle, mettre en danger des enfants sous prétexte d'apprentissage donc de charges salariales presque nulle COINCIDENCE !!!

Dans cette attaque anti sociale sans précédent. Peut doit croire une minute que les victimes de l'amiante seront préserver.

COINCIDENCE : le tribunal des affaires de sécurité sociale de MARSEILLE qui vient de rendre deux jugements très négatifs : Il rejette l’indemnisation de deux victimes de l’amiante, dont le taux d’IPP pour plaques pleurales était de 3%.....au lieu des 5%, normalement attribués par les caisses de sécurité sociale, pour pareils cas. Dans le VAR, on saisit mieux maintenant pourquoi la CARSAT s’emploie à rabaisser ce taux à 3%. Le fil conducteur, à MARSEILLE comme à TOULON est le même : réduire par tous les moyens l’indemnisation des victimes,au nom de la réduction des déficits, alors que le problème majeur de la sécurité sociale ce sont ses recettes, anémiées par le chomage. Pour contester ce taux d’IPP volontairement sous évaluer, la victime a un recours possible devant le TCI (tribunal du contentieux d’incapacité).Deux adhérents de l’ASAVA viennent d’en faire la triste expèrience. Ils y ont été reçus comme « des chiens dans un jeu de quilles ». Un tribunal hautain, un expert médical cassant, frisant l’impolitesse comme si la victime était là par son bon plaisir, afin de « gratter » quelques sous ! C’est intolérable et on ne laissera pas faire. Deux fois c’est déjà deux fois de trop.

Le MEDEF qui demande l’annulation pure et simple du préjudice d’anxiété.

COINCIDENCE : maintenant que le ministère public tente dans ses plaidoiries, de faire un discernement entre les uns et les autres au regard de leur nombre d’années d’expositions à l’amiante. Chacun aura compris le but de la manœuvre : Introduire un coin dans l’unicité du traitement des dossiers et « raboter » le montant de l’indemnisation de certains plaignants, jugés peu exposé Une véritable escroquerie intellectuelle au regard de la triste réalité : Bien des malades de l’amiante ont eu leur vie brisée, sans pour autant avoir été exposés des dizaines d’années à la fibre tueuse. COINCIDENCE : L'arrêt du tribunal de cassation d'AIX sur les AGS et le préjudice d'anxiété ou les salariés vont devoir si l'on agit pas rembourser les AGS de leur indemnité d'anxiété.

Bienvenue au 19ème siécle.
Dans quelques jours au Palais de Justice de PARIS va comparaitre Monsieur CHOPIN, le dernier patron d’Amisol, il vient chercher en appel, son jugement qui nous l’espérons tous l’enverra au Pénal. il a fait travailler son personnel dans des conditions dignes du début du 19ème siècle. On pensait qu’il faisait partie des derniers patrons à être aussi inhumain. Force est de constater que sous le vocable de la modernité sociale, pire de la justice sociale, nos gouvernants, le patronat attaquent notre protection sociale avec mépris.

Hier dans la boite au lettre de notre association, une lettre nous alertait que dans un service d’une société chimique, les employés continuaient de travailler dans un local amianté ou simplement un panneau les informer qu’il fallait pas toucher les dalles du plafond mais par contre ils pouvaient respirer, voilà que nos patrons inventent un nouveau concept « l’amiante n’est dangereuse que si on la touche. ». Nous sommes parait il, la quatorzième année du 21ème siècle, 17 ans après l’interdiction de l’amiante dans notre pays, malgré cela comme sur le social nous assistons à un retour en arrière phénoménal. Nous devons être très vigilants et créer les conditions partout ou cela est possible pour arrêter ce retour en arrière social motivé parait il pas le libéralisme social qui fait d’année en année, des riches de plus en plus riches et des pauvres de plus en plus pauvres et souvent malades…

JV

L'amiante respirée au jour le jour par les salariés du site chimique des RochesL'amiante respirée au jour le jour par les salariés du site chimique des Roches

L'amiante respirée au jour le jour par les salariés du site chimique des Roches

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :