Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

À LA CIOTAT COMME À DUNKERQUE

Pour le 28 avril : Journée Internationale des Maladies Professionnelles, CENTAURE La CIOTAT a regroupé ses adhérents devant son Mémorial ou Pierre BOUVIER a rappelé le "CRIME INDUSTRIEL" qui doit être puni.

A Dunkerque : L'ADVASUD s'est vu gratifiée des forces de l'ordre cherchant à les intimider pour stopper les sugnatures de la cartes pétitions et la distribution d'un tract. Les bénévoles ont continué avec conscience tranquillement et prochainement ils iront devant les écoles pour parler désamiantage.

CENTAURE La CIOTAT - ADVASUD Dunkerque le 28 avril 2015 en lutteCENTAURE La CIOTAT - ADVASUD Dunkerque le 28 avril 2015 en lutte

CENTAURE La CIOTAT - ADVASUD Dunkerque le 28 avril 2015 en lutte

TOULON ET LA SEYNE : AU CONTACT DE L'OPINION PUBLIQUE

Les Brèves de la CAVAM N°25Les Brèves de la CAVAM N°25Les Brèves de la CAVAM N°25

LA PRESSE EN PARLE

Des bénévoles de la Mutuelle de la Méditérannée, de l'ARDEVA Sud Est et de l'ASAVA dans la rue ensemble pour faire signer la carte pétition pour le Pénal et faire Vivre l'esprit de la CAVAM, lutter ensemble dans nos associations, en région au national pour la défense de nos victimes... Plusieurs centaines de cartes pétitions signées, une population sensibilisée au risque de l'amiante, super résultat des bénévoles. Bravo à tous.

 

Articles de Presse dans les journaux régionaux

Sur le Cours LAFAYETTE

Le 1er MAI aussi les associations sont présentes

C'est l'Addeva 81, l'association de Jean Marie BIRBES qui appelait à un moment de recueillement devant la stèle aux victimes. Avec un reportage de France 3 à visionner ci dessous.

DANS TOUTE LA FRANCE

Dans toute la France, les associations des victimes marquent un hommage à leurs morts victimes de l'Amiante et de maladies professionnelles, le jour du 1er Mai, journée internationale de la solidarité des travailleurs. Ils sont là, pour se recueillir mais aussi pour affirmer que rien ne s'oublie, rien ne s'estompe et comme le dit Jean Marie BIRBES, l'usine est un lieu de travail mais aussi un lieu de décisions et pour l'amiante les patrons empoisonneurs avaient décidé de ne rien dire et de laisser des travailleurs aller à une mort certaine.

La Stèle du CAPER THIANT - de l'ADVASUD Dunkerque - De l'ADEVA 81.

Les Brèves de la CAVAM N°25Les Brèves de la CAVAM N°25Les Brèves de la CAVAM N°25

D'autres étaient dans les Manifs du 1er Mai

De Roussillon - à Toulon jusqu'à la paëlla ou Centaure La Ciotat participée à Aubagne.

 

 

 

Les Brèves de la CAVAM N°25Les Brèves de la CAVAM N°25Les Brèves de la CAVAM N°25

SEPR : La lutte collective paie ! !

La condamnation de la SEPR par le conseil des prud'hommes d 'Avignon pour le préjudice d'anxiété subi par les travailleurs qui ont été en contact avec l'amiante prouve que notre combat était juste. Nombreux ont été les salariés tous collèges confondus à bénéficier de départs anticipés à la retraite. Ce 24 avril, le syndicat organisait une réunion festive avec tous les acteurs concernés pour récolter les fruits de cette longue lutte !! Une première victoire définitive (puisque la direction n’a pas fait appel) pour 86 syndiqués.

Texte repris à partir du Journal "Sur le Pont de la CGT VAUCLUSE

 

L'Assistance lors de la réunion avec l'avocat du Syndicat CGT de la S.E.P.RL'Assistance lors de la réunion avec l'avocat du Syndicat CGT de la S.E.P.R

L'Assistance lors de la réunion avec l'avocat du Syndicat CGT de la S.E.P.R

Les Brèves de la CAVAM N°25

LES EMPOISONNEURS REMBOURSÉS PAR l'ÉTAT

Les sociétés ÉTERNIT et LATTY avaient porté l'affaire devant le Tribunal Administratif pour demander à l'État de leurs rembourser les indemnités versées à des victimes de l'Amiante car pour eux, les patrons avaient été mal informés par l'État des risques que comportaient l'utilisation de l'amiante.

Après les 50 milliards donnés aux patrons, après la loi MACRON, après la loi portant sur le dialogue social et bien après tout cela, l'État doit rembourser les empoisonneurs d'une partie de leur condamnation. Elle est pas belle la VIE, pour les patrons qui empoisonnent.

Voilà une nouvelle logique qui fait qu'alors que les patrons n'arrêtent pas de dire que l'État se mêle de trop de choses dans leurs affaires, ils peuvent récupèrer de l'argent car sur ce coup là, l'État ne les a pas informé. ON SE MOQUE DE QUI ?

Cela veut dire que la stratégie du MEDEF est lancé, les patrons empoisonneurs sur chaque procès vont aller chercher la responsabilité de l'ÉTAT et que demain se sont les victimes qui rembourserons les empoisonneurs de les avoir empoisonné car l'ÉTAT c'est la communauté de notre pays et nous ne sommes pas invités au Conseil d'Administration des entreprises.

Deux poids, deux mesures, une justice aux ordres d'un gouvernement, lui même aux ordres du MEDEF. Il nous faut réagir à ces mauvais coups, les exemples de nos amis qui dans les régions vont devant la population pour distribuer des tracts, faire signer des pétitions, manifester comme cela va se faire en Aquitaine et en Isère, voilà sans se décourager le seul chemin à suivre.

MC

Les Brèves de la CAVAM N°25
Tag(s) : #Vie associative

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :