Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Dans ces Brèves . . .

- Assemblée Générale du CERADER 47 Fumelois

- Non Monsieur le Président !

- Confirmation au CAPER Nord Isère

- Le CERADER 24 devant le TASS de Périgueux

 Assemblée Générale du CERADER 47 Fumelois

Le vendredi 9 février 2018 s’est tenu le douzième assemblé général du CERADER 47 Fumélois.

Etait présent plus de 200 adhérents ainsi que des représentants du CERADER Albret, François Lafforgues du cabinet d’avocat TEISSONNIERE mais très peu d’élu de la communauté des communes du Fumélois.  

Les points principaux de cette AG, la publication au journal officiel de la modification des dates d’exposition à l’amiante  pour le site de la briquèterie

Et l’ouverture au droit à l’allocation amiante pour les salariés du restaurant d’entreprise de SADEFA ainsi que pour les sous-traitants des entreprises classées.

Les mauvaises nouvelles, et il y a beaucoup, l’application de la loi travail, le plafonnement des indemnités au prud’homme, etc. ….. et dernièrement, vous  avez du vous en apercevoir, la diminution du pouvoir d’achat des retraités et des allocataires amiantes suite à l’augmentation de la  CSG de 1,7%, de grand rassemblement sont prévu au mois de mars contre cette perte du pouvoir d’achat

Autre inquiétude, pour nous, le projet de modification de la carte judiciaire qui prévoie  la suppression de la cour d’appel d’Agen. Si elle se faisait cela obligerai les malades à se déplacer à Bordeaux pour assister aux audiences.

Une vingtaine de dossiers anxiété pour la briquèterie attende depuis plus d’un an leur convocation en Appel.

Cela va faire également 14mois que nous attendons le règlement par les AGS pour les dossiers anxiétés Synergie, Pont A Mousson et briquèterie.

29 dossiers de malades sont en cour de reconnaissance de maladie professionnelle ou d’indemnisation.

Toutes les personnes qui ont été exposées à l’amiante peuvent demander le suivi post professionnel, pour cela nous disposons d’un formulaire à l’association.

Nous avons obtenu l’extension de la période d’exposition à l’amiante, parce que le CERAFDER 47 fumélois existe et que nous avons été aidé par le cabinet d’avocat et par les salariés et ancien salariés de la briquèterie (documents de production, compte rendu de CE, de CHSCT et des lettres de témoignages).

Grace à toutes ces bonnes volontés, un  certain nombre de personnes vont pouvoir demander leur départ en ACAATA.

Son concerné tout salariés qui été sur le site entre 1960 et 1996 que ce soit en  CDI, CDD, ou intérim.

Pour notre association l’éradication deviens une priorité.

Il est inconcevable que l’on nous demande de trier nos déchets et que rien ne soit fait pour l’amiante dans notre département.

Certaine communauté de commune  prêche pour des énergies renouvelables « propre », en remplaçant des éverites en amiantes par des panneaux solaires. Que vont-elles devenir ?

Nous savons tous que toutes les constructions faites avant 1975 contienne de l’amiante, les fibro ciments, l’isolation des conduite de chauffage, les linos, les dalles, la colle à carrelage, le placoplatre, etc…

Combien de mort, de malade de l’amiante il faudra pour que nos élus réagissent et mette en place une politique d’éradication digne de ce nom et non pas un enfouissement dans des carrières pour le laisser aux générations avenirs, des solutions existes, comme la torche à plasma de Morcenx.

 

Avec la CAVAM nous intervenons au niveau national sur tous les sujets lié à l’amiante, que soit malade, pénal, prévention, mais aussi sur tous les Cancérogène au travail

Notre association est présente dans toutes les instances de la CAVAM pour être informé et participé activement à son développement.

Pour des informations, un lien de la CAVAM est à votre disposition à l’association ou par internet, il existe également le blog de la CAVAM avec des informations sur les associations qui est mis à jour  toutes les semaines.

Le CERADER 47 fumélois vous aide pour la reconnaissance des maladies professionnelles auprès de la Sécurité Sociale ou de la M.S.A.   

 

Rappel du travail de l’association depuis sa création en 2005

Une centaine de dossier de Maladie professionnelle reconnu et indemniser

300 dossiers de recalcul de l’allocation amiante

656 dossiers de demande du préjudice d’anxiété  qui représente environ trois million et demi d’euro qui vous ont été attribué

Des centaines de demande d’allocation amiante

L’extension de 20 ans de plus pour la période d’exposition à l’amiante, à la briquèterie ce qui va permettre à des anciens salariés de partir en ACAATA

Etc…..

Tous cela grâce au bénévole de l’association, au cabinet d’avocats et aux cotisations.

 

Notre assemblée générale c’est terminée par le pot de l’amitié

 

Nos permanences tous les lundis de 17h à 19h au 86 rue Léon Jouhaux 47500 Fumel et sur rendez- vous le dernier lundi de chaque mois à l’UL CGT de Villeneuve sur Lot

Tel : 06 31 97 56 91

 

                                                                                                        Le Président Alain Bousquet

Les Brèves 2018 n° 11
Les Brèves 2018 n° 11
Les Brèves 2018 n° 11

Non Monsieur le Président !

https://twitter.com/franceinfo/status/967349062914756608

Non Monsieur le président, à ce jour aucun responsable de la fabrication et de l'utilisation de l'amiante dans notre pays, n' a été appelé à rendre des comptes.

Cela fait 22 ans que, les associations de défense des victimes de l'amiante et de leurs familles attendent un procès équitable devant le pénal (voir nos articles sur le sujet)

 Confirmation au CAPER Nord Isère

L'affaire remonte au 14 juin 2014, nous l'avons relayée dans les brèves n° 138 bis du 27 novembre 2017

Sous le titre "Le Caper Nord Isère. . . synonyme de victoire"

Le rendu est tombé ce jour: Victoire, le pollueur a été condamné à verser aux parties civile 2000 euros plus 800 euros. Sommes que saura utiliser à bon escient l'association

Mais l'essentiel réside dans cette condamnation qui démontre que l'on ne peut pas faire tout à fait n'importe quoi dans notre pays. Espérons que cela servira d'exemple, pour ceux qui serait tenté. . .

Le CERADER 24 devant le TASS de Périgueux

Un rassemblement important, pour défendre 4 dossiers de victimes de l’amiante

Au TASS de PERIGUEUX LE 26 FEVRIER 2018

 

75 personnes présentes … record de participation battue pour une audience du TASS où 4 dossiers devaient être plaidés … seuls 3 d’entre eux l’ont été !

 

Et il y avait une attention soutenue lors de la prise de parole que le froid n’engourdissait même pas … les participants ayant à cœur de vaincre l’offensive de l’OMERTA patronale qui veut faire taire toute dénonciation des conséquences de sa politique en matière de prévention et de santé au travail.

Leur BUT : NON pas prendre les mesures indispensables pour arrêter ces « assassinats à effet différé »

 Mais, à l’image du CPA (comité permanent amiante) faire le silence par tous les moyens sur les désastres engendrés par leur recherche de profits …

En voilà assez de leurs camouflages alors que les cancers professionnels sont ceux qui progressent le plus dans la dernière période … 100 000 morts d’ici 2050 cela veut tout dire ! !

 

 

POUR NOUS : L’AMIANTE (et les cancérogènes) N’EST PAS UN PROBLEME DU PASSE ! !

C’EST TOUJOURS UN ENJEU DE SANTE PUBLIQUE POUR AUJOURD’HUI ET POUR DEMAIN ! !

 Autre point abordé largement, l’éradication de tous ces poisons industriels dont l’amiante avec le projet de pôle public d’éradication porté par la CAVAM … et aussi le projet d’installation d’un pilote sur BERGERAC pour une nouvelle méthode d’inertage de l’amiante moins énergivore, rentrant dans un processus de cycle de récupération des résidus …

 Pour nos quatre dossiers, l’un (victime décédée)  a été reporté au mois d’Avril pour complément d’instruction.

Parmi les 3 autres dossiers on retiendra la reconnaissance de la maladie professionnelle pour un cancer du colon par le TASS de PERIGUEUX après un CRRMP (puisque c’était une maladie hors tableau).

Sur un dossier de la papeterie B. DUMAS, sur la maladie professionnelle reconnue par le TASS, il y a eu contestation de la FIE de la part de l’employeur.

Les « rendus » de ces dossiers seront prononcés le 22 mars 2018.

Sur le retour, 2 propositions ont été faites aux manifestants : se retrouver nombreux dans les manifestations des 15 et 22 mars prochains et regarder ce qui pouvait être fait pour être reçus par le directeur de la CPAM de Dordogne.

 

 

 

Tag(s) : #La vie des associations, #Justice pénale

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :