Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Dans ces Brèves. . .

- La CAVAM et les ASSOCIATIONS ADHERENTES  prennent position

- Assemblée Générale à Limoges

- Au CAPER 42 également. . .

 

 

 La CAVAM ET LES ASSOCIATIONS ADHERENTES PRENNENT POSITION

 

Comme elles l'avaient annoncé le 20 février 2018 à l'occasion de leur conseil associatif national, par l'appel ci-joint , la coordination nationale, et les associations adhérentes participent aux différents rassemblements sur tous le territoire

 

15 mars et 22 mars

TOUS DANS LES RASSEMBLEMENTS ET LES MANIFESTATIONS

Les associations de victimes de l’amiante et des maladies professionnelles adhérentes à la CAVAM, réunies ce jour en conseil national constatent combien la vie devient de plus en plus difficile pour leurs adhérents, qui subissent tout à la fois

- Les conséquences physiques, morales et sociales de leurs expositions aux cancérogènes durant leurs vies professionnelles.

- Les méfaits des politiques austéritaires et libérales conduites par les gouvernements successifs, amplifiées par MACRON/PHILLIPPE, avec comme point d’orgue la casse de la protection sociale, celle des services publics et une attaque sans précédent contre le pouvoir d’achat des retraités avec une augmentation d’1,7 point de CSG à partir de janvier 2018.

Chacun fait ses comptes et constate avec amertume que son net à payer inscrit sur le bas de son titre de pension de janvier est en net recul sur le mois précédent.

C’est de l’argent qui va manquer pour assurer le quotidien, faire ses courses, payer ses factures, se divertir, « gâter » les enfants et petits-enfants.

La colère est d’autant plus grande que chacun garde en tête les 50 MILLIARDS annuels de CICE octroyés au patronat, quand dans le même temps, les « premiers de cordés » si chers à MACRON participent pour une large part à l’évasion fiscale qui impacte les finances publiques de prêt de 80 milliards d’euros par an.

Le « président des riches » (même s’il s’en défend) a choisi son camp depuis longtemps et conduit une politique tout à leur avantage mais rien n’est inéluctable. D’autres que lui ont dû reculer dans le passé devant l’ampleur des mouvements sociaux sans lesquels, rien n’a jamais été arraché au patronat et obtenu pour les travailleurs.

Devant cette constance des luttes des classes, les dirigeants de la CAVAM n’ont jamais conçu leur activité en vase clos mais bien en lien avec les besoins sociaux des salariés actifs, chômeurs et retraités.

Dans le prolongement de leurs positionnements antérieurs, ils appellent toutes les associations avec leurs adhérents à prendre part aux initiatives de luttes et journées nationales d’actions syndicales programmées pour les jours et semaines à venir.

Il en est ainsi du jeudi 15 mars et du jeudi 22 mars qui doivent se traduire par des rassemblements et des manifestations locales de grandes ampleurs afin d’imposer d’autres choix économiques et sociaux porteurs de progrès social pour tous.

Paris le 20 février 2018

 

Après les manifestations du 15, le 22 mars se présente encore davantage comme une opposition au changement de société que certains souhaitent mettre en place. La réformé proposée de la SNCF, sous le couvert des statuts des cheminots, le confirme. Elle est en réalité, une attaque supplémentaire à la notion de service public qui a fait l'originalité de notre pays. Tous les secteurs d'activité sont ccncernés, les victimes de maladies professionnelles aussi !

 

  Assemblée Générale à Limoges

CERADER 87 l’association se relance

 

40 personnes étaient présentes pour cette assemblée générale du 20 mars 2018 lorsque Patrick EUSTACHE a présenté le rapport d’activité et aussi d’orientation de l’association en ne cachant pas que « notre association était passée bien près de la disparition » puisque n’ayant plus de président !

 

Elle repart avec un bureau reconstitué dont Jean Claude VERDURE sera le président et Patrick EUSTACHE le trésorier … plus des adjoints et membres du bureau tous élus  à l’unanimité !

 

Existant depuis 2010 le CERADER 87 a trouvé la force de se relancer et les discussions ont montré tout le besoin de son activité avec des modifications à apporter dans le fonctionnement :

- garder la priorité « humaine » de défense des victimes, établir de vrais dossiers avec les avocats

- modifier les statuts pour intégrer la question des autres cancérogènes (comme la CAVAM) avec des exemples précis donnés sur les benzènes et le trichloréthylène chez VALEO

- s’inscrire dans la bataille de l’éradication à l’exemple de ce qui se fait déjà en Aquitaine

- s’ouvrir à l’extérieur pour ne pas rester l’association « VALEO »

 

Et l’URGENCE DE SE FAIRE CONNAITRE DU PUBLIC

 

Pour la CAVAM, R.VINCENT abordait des points qui corroboraient ceux développés par Patrick en leur donnant une vision nationale et en montrant le besoin urgent d’agir pour « arrêter le bras des casseurs MACRONISTES » et qu’après le 15 mars il y avait le 22 mars journée nationale de résistance aux ordonnances, lois XXL casse des CHSCT et des prud’hommes, attaques contre la santé et les hôpitaux publics …etc qui nous frappent de plein fouet comme nous frappe au porte-monnaie la hausse de la CSG !

4 thèmes ainsi résumés :

- la défense des victimes (comme présentée par Patrick)

- le besoin de justice au TASS comme au pénal …

- l’éradication de l’amiante et le projet de « pôle public » de l’éradication avec la plaquette diffusée à tous les participants.

- la dénonciation de MACRON, de son gouvernement et de ses méthodes (ordonnances, santé publique, justice et casse des services publics notamment) démolissant les conditions de vie, de travail et de sécurité de tous au nom du sacro-saint PROFIT …

 Et pendant ce temps, 10 à 15 personnes meurent chaque jour de ces politiques (indignes du 21ème siècle !) 100 000 morts d’ici 2050 … et après encore !

Nous avons à faire face à un black-out des médias et d’une action de camouflage des pathologies d’une grande partie de corps médical sous la houlette des A.R.S … même les caisses freinent des quatre fers les demandes des victimes …

 C’est vrai que nous devons déranger en particulier le MEDEF qui voudrait faire « oublier » ces catastrophes humaines liées aux cancérogènes qu’ils ont décidé de toujours utiliser massivement !

Un appel à s’intégrer dans la CAVAM (Aquitaine) a bien été entendu et des contacts sont d’ores et déjà établis pour participer aux activités régionales. Des engagements de « revoyures » et d’entraide ont été définis pour aller de l’avant comme cela a été ressenti par tous les participants

Après l’intervention de Jean Claude VERDURE sur les finances et la reconduction de la cotisation à 42 euros, l’assemblée se terminait par ce souhait

« Que le plus vite possible, chacun puisse vivre sa vie jusqu’à son terme naturel sans être handicapé ou tués à cause de cette course aux profits incessante »

                                             Et toujours la convivialité pour terminer

Au CAPER 42 également. . .

       COMPTE-RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE DU 10 MARS 2018

A l’occasion du 15ème anniversaire de la création de notre Association CAPER - AMP  42 notre Assemblée Générale a eu un aspect particulier.  Elle s’est déroulée en deux parties.

Sous sa forme statutaire, elle a rassemblé 87 adhérents auquel s’ajoute les  48 pouvoirs remis.
Dans son introduction le Président Augustin VINALS a remercié de leur participation ou excusé Mme Cécile CUKIERMAN Sénatrice de la Loire, Mr Régis JUANICO Député de la Loire, Mr Christophe FAVERJON Maire d’Unieux, Mme Myrielle PAVIC présidente de la Mutuelle de France Unie de Saint-Etienne, Mme Liliane GROSSET-MAGAGNE de l’Union Locale CGT de Rive de Gier 


Il a salué la présence de nos deux intervenants. Eric DE ROMANET représentant notre Cabinet d’Avocats  et Pierre RINALDUZZI pour la CAVAM.

Après la minute de silence en mémoire des victimes décédées en 2017 notre Président a tenu à relever que le travail accompli durant ces 15 années est le résultat de toute une équipe de bénévoles qui a œuvré à la défense matérielle et morale des victimes de l’amiante et de leurs ayants-droits.

Un remerciement tout particulier a été adressé à la Mutuelle de France Unie qui durant toutes ces années a , sur le plan matériel et en nous hébergeant GRACIEUSEMENT, su nous donner les moyens d’informer, de défendre et de représenter les victimes et leurs ayants droits face aux institutions.

En élargissant aux Autres Maladies Professionnelles ; La vocation de notre Association est respectée. 
Augustin VINALS a tenu à souligner les difficultés que l’on rencontrait dans le traitement des dossiers. Les lenteurs administratives, les ruptures d’égalité, on conduit à l’inexcusable, 22 ans après le dépôt de la première plainte au pénal  il n’y eu aucune inculpation, aucun responsable n’a été appelé à rendre des comptes. Cela fait 22 ans que les associations de défense des victimes de l’amiante et leur famille attendent un procès équitable devant le tribunal pénal.

 Au contraire tout est mis en place pour se diriger vers  des ordonnances de non-lieu.
Même le Président de la République Emanuel MACRON joue sa partition.  En répondant lors du Salon de l’agriculture au cours d’un échange très médiatisé sur le Glyphosate :
« Il y en a qui disent que c’est très dangereux, d’autres que c’est moyennement dangereux. Moi, j’aurai à répondre de ce que je fais, demain, après-demain. Dans le passé on a dit "l’amiante c’est pas dangereux "
Les dirigeants qui ont laissé passer ont eu à répondre ". 
Non, monsieur MACRON , les responsables de la catastrophe sanitaire de l'amiante n'ont jamais eu à répondre de leurs actes et c'est bien le problème.
Dans son rapport d’activité
Augustin VINALS a mis également en évidence que l’amiante n’est pas un problème du passé, c’est un enjeu de santé publique pour aujourd’hui et pour demain.  
Ce problème ne pourra être évité pour les générations futures que si des règles strictes et des actions politiques ne sont pas mises en place dès aujourd’hui.
A cet effet la CAVAM à laquelle notre Association est adhérente demande la création d’un Pôle Public National d’Eradication de l’Amiante.
Déjà notre Association a pris contact avec des Député-e-s, Mr Régis JUANICO , nous avons pris rendez-vous le lundi 12 mars avec Mme la Députée Nathalie SARLES.
En soirée Mme la Sénatrice Cécile CUKIERMAN a fait mention dans une prise de paroles des interventions de son groupe tant à l’Assemblée Nationale qu’au Sénat et qu’elle faisait sienne de nos préoccupations et revendications.
Un appel est lancé pour que des bénévoles viennent nous rejoindre au bureau pour continuer notre action et lui donner plus d’ampleur. 
Que chacun vienne avec ses moyens, sans crainte de ne pas savoir, pour beaucoup d’entre nous, le contact avec les collègues, les familles nous a permis au cours des permanences d’apprendre.

Puis ce fût au tour de notre Avocat Eric DE ROMANET d’intervenir sur l’ordonnance de Non-Lieu que s’apprêtaient à rendre les juges d’instruction dans le dossier PENAL de l’Amiante.
Depuis 22 ans l’instruction n’a jamais pu être mené à son terme.
Mais dernièrement suite à un article paru dans le journal numérique MEDIAPART daté du 18 février 2018, une   REQUÊTE EN RECUSATION a été déposée. Procédure très rare en justice.
Notre avocat nous précise que c’est lui qui fût chargé de déposer la précieuse requête , personne dans tout le Palais de justice n’était en mesure de lui indiquer le service compétent à recevoir ce type de  document. Ce n’est qu’au bout de 2 heures de parcours du combattant qu’il pu enfin trouver une personne habilitée.
A quoi cela consiste une REQUÊTE EN RECUSATION: Le Cabinet d’Avocats a déposé auprès de la Cour d’Appel de PARIS  une mise en doute de la partialité des juges désignés dans l’Instruction du dossier. L’article du journal  MEDIAPART avec le témoignage d’un expert participant démontre que l’orientation donnée tout au long de l’instruction émettait toujours des avis à la décharge des responsables du scandale de l’amiante.
Souvenons nous que la PARQUET de PARIS avait réclamé un non-lieu pour les responsables d’ETERNIT mais également pour les responsables des anciens chantiers navals de la NORMED à DUNKERQUE ou encore  le campus de  JUSSIEU. L’argument soutenu pour étayer leur décision ne manquait pas de souffle : nous sommes dans l’impossibilité de déterminer avec exactitude à quel moment l’intoxication avec l’amiante a eu lieu, de ce fait on ne peut pas déterminer la date d’exposition. CQFD pour les matheux. Mais cette décision était contraire à toute logique.
Notre avocat lança aussi un appel aux personnes ayant obtenu réparation de continuer de soutenir l’Association, pour lui permettre d’obtenir d’autres avancées.
Il a répondu aux questions que des salariés de SOMA ont posées notamment sur la médiation.
Si cette dernière échoue peut-on continuer la procédure normalement ? la réponse fut OUI
Une autre question sur le même thème : avez - vous déjà été participé à des médiations ?
 La réponse fut oui sur d’autres dossiers y compris avec les avocats qui défendent la Société AXLETECH. 
Ainsi la transition sur ce dossier fut toute trouvée.
Samuel LOMBARDO ancien ouvrier de SOMA et trésorier et membre du bureau du CAPER traça rapidement l’historique sur la médiation proposé par la Cour d’Appel de Lyon. Dans les précisions apportées par chacun sur la décision à prendre une synthèse fut établi.
Pour les salariés de SOMA, elle est jointe à ce compte-rendu. Pour les autres vous pouvez en faire la demande.
Suite à l’accord de principe d’une médiation, la Cour d’Appel enregistra également l’accord d’AXLETECH. Une clause de 80%  d’avis favorable nous a été demandée.
A l’heure où est rédigé ce compte-rendu nous avons 190 réponses favorables. Il en manque encore 6 pour avoir les 80%.
Un autre point important au cours de cette Assemblée Générale a été évoqué.
La mise en place d’un PÔLE PUBLIC NATIONAL D’ERADICATION DE L’AMIANTE.

Pierre RINALDUZZI membre du bureau Nationale de la CAVAM en développa les grandes lignes.
Chaque participant ayant sur sa chaise un dossier complet permettant de mieux  connaître la nécessité d’un tel projet.  Il mis en avant les actions entreprises tant au niveau des élus locaux qu’au niveau de certaines déchetteries. Il fût évoqué le rôle que pourrait avoir ces dernières notamment en direction des particuliers. L’évaluation en France est de 200 millions de tonnes d’amiante à éliminer.
Il est indispensable que l’enfouissement préconisé par certain soit banni dans son mode d’éradication. Cela reviendrait à laisser en héritage un cadeau empoisonné à nos enfants et petits enfants.
Des actions pour faire connaître ce projet novateur ont lieu. Des échanges, des rencontres avec les députés et sénateurs se développent dans les régions. Au niveau du CAPER - AMP - 42 le même type d’échanges ont lieu. Nous avons rencontré 2 députés Mme Nathalie SARLES et Mr Régis JUANICO, une Sénatrice en la personne de Mme Cécile CUKIERMAN. Mais tout n’est pas gagné, il reste encore certains élus qui trouvent des bienfaits dans l’utilisation de l’amiante.
Une réponse sera donnée, où l’on n’oubliera pas de mentionner comme l’a souligné Pierre RINALDUZZI :
 Nous représentons des malades, des familles qui à cause de ce produit ont perdu des êtres chers .
Augustin VINALS  remercia à nouveau les intervenants qui par l’apport de leur intervention ont permis de prendre conscience de l’importance chacun à son niveau et selon ses possibilités d’être acteur en intervenant eux aussi auprès des élus.
Vous êtes les gouttes de pluie qui vont permettre à la barque de trouver le chemin qui nous mènera à bon port et à la victoire.

 il a été procédé à l’élection du bureau. 

Au préalable un nouvel appel à venir renforcer l’équipe a été lancé. Chaque volontaire sera le bien venu.

 

Président  :                    Augustin VINALS

Secrétaire :                    Antoine   POLSELLI

Trésorier  :                    Samuel    LOMBARDO

Trésorier-Adjoint :       André      MARTOGLIO

Membres du bureau :   Bruno BRETON – Mohamed  BENZHEGADI – René BLACHEYRE

 

Le rapport moral et bilan d’activité, ainsi que le bureau ont été adopté par un vote à l’unanimité.

 

           A 17H 30 c’est clos la 15ème A.G autour d’un apéritif convivial.

 

Ne terminons pas ce compte-rendu sans évoquer en seconde partie la soirée où 110 convives ont trouvé place, il fut servi couscous, fromage et gâteaux orientaux.

 

Enfin le Groupe Musical TRIA’CTE composé de très jeunes musiciens a donné à cette soirée un aspect très particulier. Pendant Une heure 30, Il a su allier des chansons de leurs compositions aux rythme soutenu, à des reprises  de chansons plus ancienne tel que - Mon vieux - La Montagne - Les Amants de Saint-Jean - Hallelujah - et à la demande spécifique d’adhérents, il a avec brio repris la chanson de Bernard LAVILLIERS  de Saint-Etienne oblige - Les mains d’or. cela donne envie ! 

Le bureau du CAPER-AMP-42 LOIRE

                                                                   

 

 

Tag(s) : #La vie des associations

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :