Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Dans ces Brèves. . .

- Assemblée Générale Extraordinaire de l'ASAVA

- Présence devant les tribunaux et cours d'appel

- L'A.D.E.V.A Gard Rhodanien encore frappé

- IL a été aussi question d'amiante

 

Assemblée Générale Extraordinaire de l'ASAVA

Ce vendredi 28 septembre, la direction de l’association avait convié les adhérents à une assemblée générale extraordinaire, avec trios points à l’ODJ

  • 1) Préparer la mobilisation associative, partie prenante de la journée de luttes et de manifestations qui se déroulera le 9 octobre à l’appel de plusieurs centrales syndicales d’actifs mais aussi de retraités.
    Les raisons de manifester ne manquent  tant la politique de MACRON et de son gouvernement est dure pour les retraités. 8 d’entre eux sur 10 verront leur pouvoir d’achat baisser de 400€, en moyenne par an, dés l’an prochain !
    Il faut donc se mobiliser pour ne pas se faire saigner !

    Tel est le titre du tract que l’association a édité ces jours ci pour sensibiliser « les troupes » et réussir une présence visible et spécifique dans la manifestation Toulonnaise prévue à 10h30
     
  • 2) Fêter comme il se doit la victoire enregistrée par l’association, dans les procédures « préjudice d’anxiété ». 726 dossiers traités, 724 de gagnés : C’est effectivement un résultat remarquable qui est à mettre à l’actif non seulement du travail des bénévoles en lien avec le cabinet TEISSONNIERE, mais aussi des mobilisations  des adhérents qui ont été à maintes reprises sollicités pour se rendre devant le TA de TOULON et la cour d’appel administrative de MARSEILLE.
     
  • 3) Informer les participants du contenu du contrat groupe mutualiste, créé spécialement pour les victimes de l’amiante par le groupe KLESIA avec lequel l’ASAVA, après l’ADDEVA 52 et l’ADDEVA 54, vient de nouer un partenariat. La représente de ce groupement mutualiste : Isabelle DARRAS avait fait le déplacement de TROYES, pour l’occasion. Ses explications et ses réponses aux questions posées ont emporté l’adhésion de plusieurs participants qui ont vite mesuré le rapport qualité/prix proposé par KLESIA, au regard de leur couverture complémentaire actuelle.
     

Une AG extraordinaire qui s’est terminée dans la bonne humeur et la convivialité, autour de succulentes tartes aux pommes accompagnées du cidre traditionnel.

 

 Présence devant les tribunaux et cours d'appel

Les associations  CERADER 24 et Allo Amiante se sont retrouvées

A Bordeaux devant la Cour d'appel

 47 Bergeracois  sont descendus du car en provenance de Bergerac et 25 bordelais sont venus les rejoindre.

.

 Un adhérent du Cerader 24 à fait le déplacement pour solliciter la FIE de son employeur,

Cinq adhérents d'Allo Amiante étaient opposés au FIVA.  Comme toujours, la bataille d'avocats a eu lieu.

Dans le premier cas pour les défenseurs de l'entreprise: "Ce n'est pas moi, c'est lui" Le  problème est récurent:  en cas de vente,  de reprise, de succession ou de transferts d'entreprises. Devant les TASS la question posée est: Qu'elle est l'entreprise exploitable  responsable de la faute ? c'est ainsi que les victimes se retrouvent devant les cours d'appel

Dans le cas précis, en regard des antécédents de l'entreprise (poudrerie SNPE) tous les feux semblent au vert pour que soit reconnue une faute inexcusable. Ce serait justice.

Pour les 5 dossiers opposés au FIVA, on est resté dans le classique:

- le FIVA prétend que l'on se trompe de cible "le FIVA n'est pas le responsable de la contamination"

- il traite donc la réparation en s'appuyant sur ses barèmes (sauf que les dits barèmes n'ont pas été revalorisés depuis 2008. . .)

- le FIVA qui a été créé pour traiter la réparation intégrale, passe son temps à contester les préjudices. . .

Toutes les réponses, délibéré le 22 novembre prochain 

 

Le CERADER 24 à Périgueux devant le TASS

 

Une quasi gageure dans la période actuelle :

Réunir près de 100 personnes dans 2 cars pour défendre des dossiers l’un à PERIGUEUX (F.I.E.), l’autre à BORDEAUX ! (appel)    Et nous avons réussi ! !

 

Pour PERIGUEUX, 50 personnes dont de nombreux amis du secteur de PERIGUEUX … (le car arrivait de BERGERAC), ont suivi l’audience.

 

Le dossier enfin plaidé ce jour … (le verdict sera rendu le 8 novembre 2018)

 

Les ayants droit de notre ami Didier disparu à 55 ans des suites de son cancer de l’amiante, ont engagé l’action en faute inexcusable de l’employeur ; l’entreprise S.A.R.L. GENDRON à St AMANT de MONTMOREAU. Ouvrier plombier chauffagiste avec les conditions de travail que l’on connaissait dans ces entreprises … et encore aujourd’hui … en présence constante de produits amiantés de toutes sortes : plaques, boudins, joints, flockages … On ne dira jamais assez tout ce que ces métiers quasi «artisanaux » ont mis et mettent en danger les salariés chargés d’intervenir sur des chantiers qui devraient être terminés avant d’être commencés. Tant pis pour ceux qui font le travail !

 

Si notre avocat plaidait sans problème sur ce poison aux dangers connus depuis plus de 100 ans et sur les témoignages de collègues de travail dont certains sont aujourd’hui malades … voire décédés, l’avocat de la direction tentait de reporter sur d’autres la situation de notre ami déclarant qu’il n’y avait pas de malades dans son établissement. Il ne disait RIEN et pour cause des manquements graves à la sécurité et à l’absence de toutes protections ou informations indispensables … et OBLIGATOIRES !

 

Dans la prise de parole qui précédait l’audience, René évoquait successivement :

- la honteuse décision de la cour de cassation qui a blanchi le PDG « assassin » des salariés d’AMISOL

- les difficultés d’accès aux soins hospitaliers publics et la situation de BERGERAC très préoccupante

- la politique anti sociale de MACRON/MEDEF notamment contre les retraités, contre la sécu … en fait contre tout ce qui constitue le tissu social de notre Pays depuis la libération de 1945.

- la poursuite des déremboursements de médicaments mais aussi d’actes médicaux … que nous paierons

 Toutes ces mesures impactant durement nos amis adhérents, très nombreux, retraité. Un appel à la riposte et à la convergence des combats pour participer à la manifestation nationale du 9 octobre prochain.  

 

 

 

Les ayants droit avec Mme BALCERSKI notre avocat

et R. VINCENT devant le palais de justice de PERIGUEUX

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après l’audience, comme à chaque procès,

notre avocat vient donner son sentiment sur l’audience …

le dernier mot restant au juge le 8 novembre prochain

 

 

 

 

Rendez-vous était pris sur PERIGUEUX pour un nouveau dossier devant le TASS pour une maladie professionnelle « hors amiante » le 11 octobre prochain.

 

L'A.D.E.V.A Gard Rhodanien encore frappé

 

Dans notre article précédent, nous avons évoqué, l'activité de rentrée de l'association. Comme beaucoup d'autres cette activité est ponctuée de moments douloureux, qui aiguisent le sentiment d'injustice des victimes et des familles.

Nous apportons notre soutien à  la famille de Jean Pierre Garrès et saluons encore l'opiniâtreté des bénévoles qui accompagnent les victimes depuis tant d'années.

Pourtant, tous ont la triste impression de ne pas être entendus. .

 

 

IL a été aussi question d'amiante: Le CERADER 24 était présent

A LA POUDRERIE DE BERGERAC, LA C.G.T.

A MARQUE SES CENT ANNEES D’EXISTENCE !

(EXPOSITION SUR 67 PANNEAUX)

 

Et depuis 15 ans, la coopération de ce syndicat CGT avec le CERADER 24 n’a pas cessé pour :

 - d’une part défendre et faire indemniser les victimes de l’amiante, obtenir chaque fois que possible la faute inexcusable de l’employeur. 47 dossiers de malades et 16 décès dus à ce poison à la poudrerie forment le triste bilan actuel au niveau de notre association.

- d’autre part mener une action sur le désamiantage en 2008 conduisant à la condamnation du directeur pour mise en danger d’autrui (6 mois de prison avec sursis)

- aller encore plus loin aujourd’hui en proposant que soit installée sur le site (classé SEVESO) une unité pilote (d’abord) puis industrielle de destruction de l’amiante par bain d’acide !

 D’ailleurs c’est  fin 2002 et début 2003, à la suite d’un décès de poudrier bourrelier que l’association s’est créée. Michel BLANCHET alors élu administrateur CGT, fut membre du 1er bureau de notre association.

 Nous n’aurions pour rien au monde manqué cette manifestation (exposition) à laquelle ont participé plus de 250 personnes et qui va rester 3 jours durant. 67 panneaux retracent ces 100 années de luttes sociales et de propositions revendicatives dans lesquelles la sécurité et la prévention ont toujours tenu une large place.

 Ce 25 septembre a fait resurgir des moments émotionnels intenses - développés par P. LORGUE, ancien délégué syndical central CGT d’EURENCO - que les participants à ce vernissage comme les visiteurs garderont dans leur mémoire. 

 

Tag(s) : #La vie des associations

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :