Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans ces Brèves. . .

- Assemblée Générale pour la Section du Golfe De Saint Tropez (ASAVA)

- L'ADDE.VA 54 présente sur les deux dernière actions de la CAVAM

Assemblée Générale pour la Section

du

 Golfe De Saint Tropez (ASAVA)

Intervention du Secrétaire de section

 

L'ADDEVA 54 présente sur les deux dernière actions de la CAVAM

L’Addeva 54 se bat sur tous les fronts contre l’amiante

L’association aux 1.000 adhérents, qui lutte contre l’amiante, se mobilise. Elle sera présente aujourd’hui lors du réexamen de la position de la Cour de cassation, réunie au grand complet, sur le préjudice d’anxiété. Cela concerne aussi les salariés exposés des entreprises non listées. 

Photo HD Bernard Leclerc (à droite), président de l’Addeva54 (association départementale de défense des victimes de l’amiante) sera présent lors de l’audience de ce vendredi à la Cour de cassation. Photo ER /Xavier COLLIN

Pourquoi cette mobilisation ce vendredi devant la Cour de cassation à Paris ?

Il est temps que la Cour de cassation admette enfin que le préjudice d’anxiété concerne des salariés exposés à l’amiante dont l’établissement n’est pas inscrit sur les listes ouvrant droit à la « pré-retraite amiante » (Acaata ou allocation de cessation anticipée d’activité des travailleurs de l’amiante). Les dossiers des agents ou ex-agents d’EDF non reconnus, seront examinés ce 22 mars. Le conseil de Prud’hommes et la Cour d’appel ont reconnu ce préjudice, refusant de suivre la jurisprudence restrictive adoptée jusqu’ici par la Cour de cassation. L’employeur a formé un pourvoi. Nous partons avec du soutien. Deux bus ont été affrétés pour l’occasion.

Que sera-t-il demandé lors de l’audience ?

La seule question posée sera : un salarié travaillant au contact de l’amiante, dans un établissement n’étant pas inscrit sur la liste des établissements mentionnés à l’article 41 de la loi n° 98-1194 du 23 décembre 1998, peut-il obtenir réparation de son préjudice d’anxiété lié au risque de développer une maladie professionnelle et dans quelles conditions ? On devrait avoir une décision dans les mois qui viennent. Cette question sera posée à nouveau le 20 juin pour les mineurs de Lorraine.

Que ressort-il de votre rencontre avec le comité amiante de l’Assemblée nationale ?

Nous avons proposé la création d’un pôle publique de l’amiante, que l’on stoppe son enfouissement, qu’il y ait un centre de torche à plasma par région pour neutraliser l’amiante. Le comité doit saisir le ministère de l’écologie et de l’environnement. Avec la Cavam (Coordination des associations de victimes de l’amiante et des maladies professionnelles) et d’autres associations, nous allons adresser aussi un courrier au ministre pour qu’ils prennent des mesures dans ce sens.

Quels sont les procédés pour éradiquer l’amiante ?

Hormis la torche à plasma, il existe une autre technique agréée par l’Ademe, c’est le bain d’acide. On peut traiter plus vite un plus gros volume d’amiante.

Quelle est votre force ?

C’est notre nombre d’adhérents, 1.000 au niveau du département, voire au-delà. A l’échelon national de la Cavam, ce chiffre grimpe à 10.000, ils sont regroupés dans 24 associations dont la nôtre.

L’assemblée générale de l’Addeva 54 aura lieu le jeudi 11 avril au Réservoir à 9 h.

Propos recueillis par Xavier COLLIN

 

voir sur les Brèves:

- 2019 n° 21 du 14 mars APPEL AU RASSEMBLEMENT UNITAIRE

- 2019 n° 23 (20 mars 2019) et 23 bis (21 mars 2019) rencontre avec le Comité amiante de l'assemblée nationale 

 

Tag(s) : #La vie des associations

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :