Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

                                       Dans ces Brèves. . . .                                 

- DUNKERQUE quand les méfaits et les conséquences de l'histoire s'additionnent

- En 2018, nous avons fait part de nos inquiétudes. . .

 

DUNKERQUE quand les méfaits et les conséquences

de l'histoire s'additionnent. . . 

Dépollution d'envergure à l'ancienne raffinerie de Dunkerque

Fermée en 2016 faute de repreneur, la raffinerie de bitumes SRD de Dunkerque est en cours de démantèlement. 70 hectares à traiter, ce qui en fait le plus grand chantier de déconstruction et de dépollution de France.

Site industriel historique du port de Dunkerque, l'ancienne raffinerie est en phase de démantèlement. Une année aura été nécessaire pour concevoir et sécuriser ce chantier exceptionnel.
 
La présence massive d'amiante et de bombes dans le sol datant de la seconde guerre mondiale complique les opérations. Pour éviter tout risque d'explosions, il est impossible de dynamiter les anciennes installations ou faire tomber des charges lourdes au sol. Concernant la dépollution des sols, un pilote par extraction sous vide a été installé sur place afin d'extraire les hydrocarbures présents dans les terres tout en évitant de les déplacer.
Pour piloter ce chantier colossal, le projet a été digitalisé sous forme d'une maquette BIM conçue à partir de 60.000 plans. Le BIM servira notamment à établir le scénario de dépollution adéquate.
 
La déconstruction et le désamiantage du site devrait s'achever à la fin de l'année pour laisser place au travaux de dépollution à grande échelle. Il faudra attendre 2021 pour la remise en état totale des premières parcelles du sites.
Remarques: 
En 2019, les  chantiers de désamiantage s'inscrivent malheureusement presque naturellement dans notre paysage. L'opération est tellement banalisée que seule la taille du chantier de Dunkerque pourrait le faire sortir de l'ordinaire.
A Dunkerque la problématique de l'amiante  qui alimente  l'histoire industrielle sans fin de notre pays, a été rejointe par l'histoire du monde qui laisse toujours des traces.
Si le rapprochement paraît intellectuellement audacieux, les deux histoires  portent des similitudes de malheurs de souffrances et de victimes,
Sauf lutter pour éviter que les conséquences d'une nouvelle guerre déclenchée par les hommes ne se renouvellent, il n'y a pas grand chose à faire pour "la seconde guerre mondiale"
Pour l'amiante c'est différent, il semblerait que tout reste à faire.  Par exemple, que vont devenir les tonnes de déchets amiantés de cet important chantier?
C'est la première question qui vient à l'esprit de la CAVAM, et qui rend encore plus pressant la création d'un pôle public de l'éradication de l'amiante
 
La deuxième question, ce sont les coûts de revient du chantier et du traitement des déchets. La CAVAM pense que les pollueurs devraient être enfin sollicités !!
 
 
 
 
En 2018, nous avons fait part de nos inquiétudes. . .
 

 Un article du journal l'Humanité remet les conséquences prévisibles du rapport "dit LECOCQ" au goût du jour.

Nous avons abordé le sujet en 2018 dans les brèves 2018 n° 39 

http://www.amiantemaladieprofessionnelle.com/2018/09/les-breves-de-la-cavam-2018-n-39

Et dans les Brèves 2018 n° 48 catégorie "santé au travail". Dans ces dernières, un courrier adressé à la députée est resté sans réponse. . 

Une remise en cause sans précédent de la protection des travailleurs, et la volonté d'étouffer toute traçabilité des risques

 

L'HUMANITE du 29 avril 2019

Les brèves de la CAVAM 2019 n°33
Les brèves de la CAVAM 2019 n°33

Remarques

Une telle politique qui va à l'encontre de l'intérêt des travailleurs, ce suffit à elle même pour entretenir  le courroux des salariés. 

Depuis de nombreuses années,  le 1er mai se présente aux salariés pour qu'ils expriment leurs attentes et leurs revendications professionnelles. Cette journée est donnée aux travailleurs, depuis 1886, puis est devenue jour férié et payée depuis 1947.

Ces derniers temps beaucoup cherchent à le dévoyer de sa signification première. Il n'y a pas si longtemps c'était le seul jour sans journaux, sans métro, sans transport, sans magasin...

C'était "la fête" du travail, nous en sommes bien loin. A qui cela profite-t-il ?

Tag(s) : #prevention, #santé au travail, #Création Pôle Public Eradication

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :