Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'ANXIETE FAIT l'ACTUALITE

Clic droit lecture à voix haute

En Meurthe-et-Moselle, 246 salariés ou anciens salariés de la cristallerie Baccarat reçoivent ce jeudi et ce vendredi un chèque d'un montant de 8 100€ en dédommagement du préjudice d'anxiété subi face à la présence d'amiante dans l'entreprise. L'aboutissement d'un long combat en justice.

Les procédures pour préjudice d'anxiété chez Baccarat ont débuté en 2014 (photo d'illustration) © Radio France - Mohand Chibani

Ils ont rendez-vous tour à tour - pour respecter les consignes sanitaires - dans les locaux du comité d'établissement de la cristallerie Baccarat. 246 salariés et ex-salariés de la manufacture reçoivent ces 17 et 18 décembre un chèque d'un montant de 8 100€

Une somme qui vient dédommager le préjudice d'anxiété reconnu par la justice après leur exposition à l'amiante. Des procédures entamées dès 2014. Un aboutissement après une longue bataille judiciaire. "Ces personnes n'y croyaient plus", souligne Bernard Leclerc, président de l'Addeva 54 (Association départementale de défense des victimes de l'amiante). 

Ça fait six années de combat où l'on a traversé toutes les juridictions, les prudhommes, la cour d'appel et la Cour de cassation. Et sur ces 246 personnes, 8 sont décédées - Bernard Leclerc, président de l'Addeva 54

"Au-delà de la somme reçue, c'est la reconnaissance d'avoir été exposé à un cocktail de poisons : amiante mais aussi plomb, solvants, hydrocarbure, silice", ajoute Bernard Leclerc"La direction de l'époque en était bien consciente et n'a rien fait pour protéger et informer ses salariés sur ces substances nocives et cancérigènes."

Une trentaine d'autres salariés ou ex-salariés de Baccarat ont déjà été indemnisés, il y a un an et demi. La somme globale versée jusqu'à présent se chiffre à 2,5 M€. 160 autres dossiers sont en attente de jugement, pour lesquels le président de l'Addeva 54 se montre optimiste. "Ce sont les mêmes dossiers que ceux que l'on vient de gagner", note Bernard Leclerc

 

A Pessac dans la banlieue bordelaise

Le 17/12/2020, à 14:57, SOS Monnaie a écrit :
Bonjour,

Concernant le Préjudice d’anxiété demandé par 66 personnes de la Monnaie de Pessac.

Le tribunal de la Cour d’Appel de Bordeaux a accordé en date du 17 décembre 2020 pour les 66 dossiers la même somme à chaque plaignant, soit 10.000 euros plus 500 euros de l’article 700 par personne, hormis pour les ayants droits dont la somme est divisée entre eux.

L’important était de gagner, car cette victoire nous donne un avantage non négligeable dans une autre procédure, le pénal. Cette indemnisation prouve également que nous avons bien été en contact avec l’amiante quoiqu’en dise l’avocat de la Monnaie. Pour mémoire, plus de 250 personnes sur Pessac et pratiquement autant sur l’établissement Parisien ont un suivi médical spécifique amiante.

A Pessac, ce sont plus de vingt-cinq personnes qui ont un problème santé lié à l’amiante dont une dizaine de décès. Paris n’est pas en reste et nous venons de perdre il y a quelques jours un camarade de 58 ans suite à un cancer lié à l’amiante

L’association estime que c’est une bonne décision par rapport aux décisions prises en France ces derniers mois qui ont tendance à minimiser ce préjudice qui est portant réel. Le président de l’association Alain Bernon

 

 

Le 2 mars prochain 48 cheminots adhérents de Allo Amiante viendront défendre leur cas devant la même cour d'appel de Bordeaux.

 

Un cas similaire puisqu'il s'agit d'un 2ème passage devant la juridiction bordelaise après que l'entreprise ferroviaire ait fait appel contre la décision de la Cour suprême. Nous espérons le même résultat

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :