Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les deux fers sont au feu au feu

La CAVAM et ses Associations ont fait de l’éradication de l’amiante leur deuxième bataille. Depuis sa création en 2016 elle porte le projet de création d’un PPEA pôle public d’éradication de l’amiante.    

Pour tendre vers cet objectif :

  • Elle soutient les avancées technologiques de la Société Euro plasma, laquelle par le biais de la torche à plasma de l’usine Inertam (Arjuzanx 40110), détruit définitivement l’amiante par vitrification.

Ce procédé en voie de développement (amélioration du tonnage traité, procédé   moins énergivore et moins polluant), prépare l’implantation d’une deuxième torche à plasma dans le Grand Est de la France sur le site de Lunéville

  • Elle soutient également le procédé chimique de destruction de l’amiante, par bain d’acide en voie de réalisation : Création d'un site pilote semi-industriel sur le site de Bergerac

La commission Prévention-Eradication de la coordination nationale s’est réuni le 28 avril dernier :

Le seul point à l’ordre du jour s’est articulé autour de la présentation du procédé chimique sur le site de Bergerac.  Extrait

Les différents procédés (torche à plasma, procédé chimique à Bergerac) intéressant de plus en plus les associations, la commission prévention éradication a invité M. Sadoun de la Somez à venir présenter le procédé chimique de destruction de l’amiante dont le pilote va voir le jour à Bergerac.

Après un tour de table afin de faire connaissance, M SADOUN nous présente la SOMEZ (sa création, son champ d’action) puis développe l’historique du procédé, de son étude en laboratoire jusqu’au pilote ainsi que l’unité et même les unités envisagées pour l’exploitation industrielle.

Les déchets d’amiante sont valorisés et le procédé ne génère aucun déchet, ce qui est un plus quand on parle de transition écologique.

La Nouvelle Aquitaine a essuyé les plâtres puisqu’elle a financé (avec le Grand Périgueux ainsi que la communauté d’agglomération de Bergerac) l’étude ainsi que l’avant-projet détaillé.

Ce qui ne peux que faciliter la mise en place d’unités industrielles dans d’autres régions.

La communauté d’agglomération de Bergerac a mis à disposition les terrains pour l’implantation du pilote. 

A la suite de cette présentation les questions ont été nombreuses (le coût d’une unité, les acides et bases utilisés, les quantités traitées, le nombre d’emplois créés, …)

Tous les représentants d’associations présentes se sont montrés enthousiastes à ce procédé qui bien sûr vient en complément de l’autre procédé existant qu’est la torche à plasma.

Mais comme nous l’avons fait à Bergerac, il faut convier, en insistant, tous les élus ainsi que les instances, de même que les associations n’ayant pas pu participer à la réunion de ce jour, à une réunion lors de laquelle M. SADOUN se propose de se déplacer pour présenter le procédé.

Bien entendu cela demande du temps, de l’investissement, des courriers, des rencontres mais le terrain est déjà bien défriché.

Et la diversification des procédés ainsi que l’installation d’unités industrielles de n’importe quel procédé, dans toutes les régions, renforcera notre projet à nous de création d’un « Pôle public d’éradication de l’amiante

Le responsable de la commission Jean Marc Ségurel

 (Nouveau Coprésident du Cérader 24)

Les associations sont très actives sur l’élimination à la source du poison amiante, qui tue toujours sournoisement. Elles vont poursuivre sans défaillance la promotion des deux procédés auprès des élus députés et sénateurs locaux et nationaux.

Le nouveau gouvernement attendu pour les jours prochains (après les élections législatives) sera également interpellé. Le sujet de santé publique que nous portons doit aussi être un des éléments de réflexion pour le prochain scrutin des 12 et 19 juin prochain 

Et toujours les mêmes attentes : moins de salariés exposés, moins de pollution, moins de dépôts sauvages. . .Et toujours les mêmes attentes : moins de salariés exposés, moins de pollution, moins de dépôts sauvages. . .Et toujours les mêmes attentes : moins de salariés exposés, moins de pollution, moins de dépôts sauvages. . .

Et toujours les mêmes attentes : moins de salariés exposés, moins de pollution, moins de dépôts sauvages. . .

Tag(s) : #Prevention gestion des déchets
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :