Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

La problématique de l'amiante concerne l'UE et le monde dans son ensemble,. Comme c'est le cas sur notre territoire depuis de nombreuses années, une nouvelle positive est régulièrement contrecarrée par ne forme de recul, le plus souvent judiciaire, ou en matière de prévention et d''exposition

Bonne nouvelle venue d'Espagne

ESPAGNE:un cancer de l'oesophage causé par l'amiante reconnu comme professionnel

Le Tribunal supérieur de justice de la Catalogne (TSJC) a reconnu pour la première fois que le cancer de l'oesophage dont a été atteint un travailleur avait été causé par l'exposition répétée à la poussière d'amiante à l'usine de Castelldefels (province de Barcelone) où il travaillait et donc qu'il considérait ce cancer comme maladie professionnelle.

Par sa décision, le TSJC ratifie le jugement pionnier du Tribunal chargé des affaires sociales nº 3 de Barcelone et rejette le recours présenté par l’entreprise Rocalla, absorbée depuis par la société Uralita, et par l’Institut national de la Sécurité sociale de l’Espagne.

Le mari de la plaignante avait travaillé pendant vingt ans dans l’usine de Rocalla dédiée à la fabrication de produits en amiante-ciment. La défense peut encore présenter un recours à une instance judiciaire supérieure : le Tribunal Supremo, soit la Cour suprême espagnole.

Le TSJC confirme ainsi la majoration pour maladie professionnelle dont doit faire l’objet la pension de veuvage de l’épouse du travailleur décédé des suites du cancer de l’œsophage, et oblige la Sécurité sociale à lui verser cette majoration pouvant atteindre 52 % de la base de calcul fixée à 16 245 euros par an.

Selon le collectif Col·lectiu Ronda, qui représente la veuve du travailleur décédé, la décision du TSJC est d’autant plus importante que le cancer de l’œsophage ne faisait pas encore partie de la liste des maladies professionnelles provoquées par l’amiante, alors que d’autres cancers l’étaient, tels que celui du larynx ou celui du poumon.

Remarque: chez nous, tout comme le cancer du larynx,  ce type de cancer n'est pas inscrit dans un des tableaux de de la sécurité sociale. La reconnaissance des maladies hors tableau est aussi trop souvent  très difficile à obtenir.

Le recul, l'inconscience ou le profit ce sont les Etats Unis qui nous l'apporte

États-Unis : De l’amiante retrouvé dans des kits de maquillage pour enfants grâce à l’enquête d’une maman

La marque Claire’s a été obligée de retirer pas moins de 17 de ses produits pour enfants suite aux découvertes inquiétantes d’une mère de famille.

Il ne faut jamais sous-estimer une maman qui joue les détectives. La marque d’accessoires et de bijoux fantaisie Claire’s en fait les frais grâce à l’enquête d’une mère de famille américaine soucieuse de la santé de son enfant.

Instinct professionnel

Lorsqu’elle offre des kits de maquillage à sa fille de 6 ans, Kristi Warner veut en avoir le cœur en net : sont-ils sans risque ? Peu de temps après les avoir achetés dans un magasin de Rhode Island, cette femme qui a longtemps travaillé pour un cabinet juridique prend une décision. Elle va les faire tester par un laboratoire indépendant. Avoir l’esprit tranquille, ça n’a pas de prix.

Amiante et cancer de la plèvre

Lorsque les résultats arrivent, Warner est abasourdie : les maquillages sont testés positifs à l’amiante. La substance toxique peut provoquer un mésothéliome pleural malin que l’on appelle plus communément le cancer de la plèvre. Un cancer directement lié à l’amiante qui est bien souvent fatal. .

« J’ai fini par m’asseoir sur le sol à me demander comment une telle chose a pu atterrir dans notre foyer »,explique-t-elle. La mère de famille a fini par se remettre les idées en place. Elle décide de pousser son enquête plus loin. Elle finit par faire parvenir 17 produits Claire’s provenant de 9 États différents à Scientific Analytical Institute, un laboratoire d’analyses. Résultat : tous les kits de maquillage envoyés contiennent de l’amiante.

Claire’s promet de tirer les choses au clair

Il n’en faut pas plus que cela attire l’attention des médias et, inévitablement, de la marque. Claire’s s’est donc fendu d’un communiqué officiel sur sa page Facebook. « Par mesure de précaution, nous avons retiré ces produits de la vente et nous allons immédiatement mener une investigation. Une fois que nous aurons des informations supplémentaires et que l’investigation aura porté ses fruits, nous agirons en conséquence », peut-on lire. Avec ce communiqué, la marque a aussi dévoilé la liste des produits concernés à ce jour.

Remarque: comment cela peut-il encore exister de nos jours ? plus personne n'a le droit d'ignorer les dangers de l'amiante. plus personne n'a le droit en toute conscience de mettre la vie des autres en danger, plus particulièrement celle des enfants. l'entreprise concernée dit qu'elle prendra es mesures qui s'imposent. Et les autorités ?

Difficile de ne pas entamer une nouvelle année sans se révolter devant une telle annonce. C'est pour nous une occasion supplémentaire de rappeler: que la CAVAM veut dépasser les constats qui se succèdent 

 

 

Tag(s) : #INTERNATIONAL, #prevention

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :