Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Vie des ASSOCIATIONS

- Retour sur la formation  à l'ADEVA 30 article du MIDI LIBRE

-  Le CERADER 24: reprend la mobilisation

 - Réponse aux remerciements

 

L’Adeva forme ses bénévoles pour aider les victimes de l’amiante

  • Le but est de rendre les bénévoles le plus efficaces possible.
    Le but est de rendre les bénévoles le plus efficaces possible.
Publié le 
Alors que dernièrement le conseil des prud’hommes d’Alès (CPH) examinait deux dossiers liés à l’exposition de personnel à l’amiante d’anciens salariés de l’usine Alcatel câble des Salles-du-Gardon, et de Rhodia à Salindres (Midi Libre du 15 septembre), l’antenne salindroise de l’Adeva (Association de défense des victimes de l’amiante et des maladies professionnelles) assurait une formation de ses bénévoles dirigée par Georges Arnaudeau, ancien co président de la Cavam, coordinateur des associations de défense de victimes de l’amiante et autres maladies professionnelles. "Pour certains participants, c’était une remise à niveau des informations utiles pour le montage des dossiers ; pour d’autres une formation pour qu’ils soient aptes à effectuer les modalités administratives. Bien sûr dans le but d’aider les victimes à faire reconnaître leur maladie professionnelle, de bien informer tout demandeur des nouvelles procédures législatives telles les délais de prise en charge des différents régimes de couverture, le durcissement de la prise en charge des dossiers des victimes et de leurs familles en tant qu’ayants droit. Ce qui d’une manière générale augmente les difficultés au moment de la reconnaissance. D’où l’importance d’avoir des bénévoles bien formés à l’évolution des diverses modifications et évolutions."

Surveiller le taux d’incapacité

Au formateur de s’attarder également sur la complexité du traitement par les caisses. "Il est donc plus que fortement recommandé aux victimes de s’adresser à l’association pour se donner de meilleurs résultats pour la reconnaissance ", tout en évoquant le sujet des recours possibles "notamment dans le cas de divergences sur le taux d’incapacité attribué par les caisses. Si une procédure est engagée, le cabinet Teissonnière de Paris ou de Marseille vient en aide aux bénévoles de l’association pour faire aboutir le recours en demande juridique, terme employé pour la reconnaissance et la réparation des préjudices subis".

 

Le CERADER 24: reprend la mobilisation​​​​​​​

 

Réponse aux remerciements

. . .

Tag(s) : #La vie des associations
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :